Sublimisme balkanique Tome 1 poètes de Croatie - Tomislav Dretar

Sublimisme balkanique Tome 1 poètes de Croatie - Tomislav Dretar

16,00 €Prix

Traduction : Tomislav Dretar et Gérard Adam

En cette année où la Croatie intègre l’Union Européenne, le poète belgo-croato-bosnien Tomislav Dretar propose un choix de 10 poètes croate dont il assume la subjectivité, de grands noms de la poésie croate contemporaine y côtoyant des poètes moins connus, mais qu’il apprécie tout autant et qui ont accepté de faire partie du mouvement informel qu’il a baptisé « sublimisme balkanique ».

Duško Babić, Lana Derkač, Danja Đokić, Petar Gudelj, Salamon Jazbec, Božica Jelušić, Dražen Katunarić, Mirko Kovač, Žarko Milenić.

200 pages
ISBN: 978-2-930333-56-4
2013 – 16,00 EUR

 

Lien de l'ebook

« Dès que j’ai commencé à écrire de la poésie, je me suis interrogé sur sa nature. Les conceptions traditionnelles me laissant insatisfait, j’ai peu à peu développé ce que j’ai appelé “sublimisme”. Le sublimisme n’est pas un programme poétique. Il n’est pas une école d’écriture. Je le considère comme une philosophie de la poésie. Il est pour moi une rencontre, une action commune d’interprétation et de production des œuvres. Il me porte vers une conception de la création poétique où, pour le poème, le mot était au début, comme Dieu pour le monde.. Ainsi les poètes créent-ils une nouvelle homériade où, contrairement à l’antique, le mot est au même moment porteur du rôle principal et du dieu qui l’actionne. L’être humain devient homme par l’action du mot qui va le promouvoir en être créatif. Et les poètes élus deviennent de nouveaux rhapsodes, qui propagent une nouvelle histoire de ce monde.
Marqué par mes propres expériences de guerre et de paix, je me suis senti particulièrement concerné par le fait de montrer comment les poètes slaves du Sud ont réagi sur la récente période de guerre. Les poètes qui répondent à ma définition du sublimisme balkanique, s’ils ont subi la guerre et son choc post-traumatique, ne sont pas tombés dans un état de haine ou de vengeance. Au contraire, ils sont parvenus à sublimer dans la poésie et par la poésie ce qui a traumatisé leur chair ou leur imaginaire, créant un être esthétique, le Beau, complètement ouvert au monde. »