Kovač Mirko

Révélé en 1992 au public francophone par une longue et prophétique interview dans Libération, Mirko Kovač est né en 1938 en Herzégovine, non loin de Dubrovnik. Écrivain et scénariste revendiqué à la fois par les littératures serbe, croate, bosno-herzégovine et monténégrine, il a publié de nombreux romans, recueils de nouvelles et essais, dont plusieurs condamnés par la censure communiste pour leur côté sombre et farouchement individualiste, ce qui n’a, au vu de leur qualité, jamais empêché la publication de ses œuvres ultérieures. Après l’avènement de Milošević, il a dû fuir Belgrade pour la Croatie en raison de ses positions antinationalistes et pour avoir prédit l’apocalypse dans laquelle allaient plonger les peuples de Yougoslavie.


Ses œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues et deux de ses romans cultes, La vie de Malvina Trifković et Le corps transparent, ont paru en français aux éditions Rivages.

Mirko Kovač a obtenu la plupart des grands prix littéraires en Yougoslavie et dans les pays issus de son éclatement. Il est également titulaire de plusieurs distinctions internationales, dont le prix Tucholsky du PEN-Club de Suède (1993) et le prestigieux prix Herder (1995), au palmarès duquel il figure au côté d’auteurs comme Milan Kundera ou Imre Kertész.

Il a été régulièrement l’hôte de manifestations littéraires internationales.


Mirko Kovač est décédé le 19 août 2013


Publication :



Kovač Mirko